Retour aux articles

Nourrir son être en profondeur

 

La nourriture est essentielle, voire vitale, pour l’homme, son être physique et son être spirituel. Il est primordial de savoir choisir ce que nous consommons car certaines nourritures peuvent nous enrichir tandis que d’autres sont nocives pour notre corps ou notre mental. Comment nourrir son être en profondeur de manière efficiente ?

Ce que la nature peut nous apporter

Pour se ressourcer, faire une petite pause bienfaitrice, se retrouver… rien ne vaut la nature. C’est ce que le sociologue Edgar Morin appelle renouer avec la « Terre-Patrie ». Nous sommes liés à la nature. Tout notre être, physique et spirituel, est en communion avec la nature. Nous avons juste tendance à l’oublier. En prendre conscience nous permet de nourrir notre être en profondeur pour qu’il soit comblé par la nature et ses bienfaits. Comment renouer avec la nature ? Jean-Maris Pelt, botaniste-écologiste, précise qu’il faut « contacter une nouvelle alliance avec la nature et construire un équilibre entre tous les êtres vivants ». Il s’agit d’un travail personnel sur soi et la nature qui nous entoure.

Expérimenter le flux

Pour renouer avec la nature, on peut également faire l’expérience du flux. Il s’agit du sentiment de plénitude qui nous envahit lorsqu’on fait une chose qu’on aime réellement. Mihaly Csikszentmihalyi, pionnier de la psychologie positive, nomme cette expérience « The flow » ou le flux. Cette sensation du bien-être nous fait oublier tout ce qui nous entoure, particulièrement les choses et faits contraignants. Elle balaie nos craintes, nos soucis et ce qui est négatif dans notre vie. Notre corps, notre cœur et notre esprit sont apaisés. De plus, il est possible de provoquer le flux, de le programmer et même de le répéter.

Cette expérience du flux est ingénieusement décrite dans l’ouvrage La Consolation des grands espaces de Gretel Ehrlich. Publié par les éditions Albin Michel, le livre raconte l’histoire d’une écrivaine américaine qui s’isole au Wyoming pour faire son deuil. Elle traverse des épreuves physiques et psychiques qui lui font prendre conscience du flux. Elle se sent indivisible, faisant partie d’un tout, sereine… Elle oublie son chagrin et ressent un bien-être intense et complet. C’est ce qu’est l’expérience du flux. C’est une sensation que chacun de nous a déjà ressenti au moins une fois dans notre vie. On la ressent surtout lorsque nous nous adonnons à une activité ou une cause qui nous tient particulièrement à cœur.

Savoir dépasser l’individualisme

Contrairement à ce que l’on a tendance à penser, l’individualisme n’est pas un signe d’égoïsme. Il s’agit de se soucier de soi. Toutefois, on nous apprend à dépasser ce juste souci de soi. Charité commence peut-être par soi-même, mais elle ne finit pas par soi. En effet, il est plus profitable et plus allégeant de partager que de tout retenir pour soi. De même, les joies partagées durent plus longtemps et donner aux autres nous donne le sentiment d’être utile. Comme le philosophe Martin Buber l’enseigne, il s’agit de « commencer par soi, mais non finir par soi; se prendre pour point de départ mais non pour but; se connaître, mais non se préoccuper de soi. » Sa philosophie, inspirée de la doctrine hassidique, nous apprend à nous mélanger aux autres au lieu de nous isoler. On trouve le bonheur en prenant sa place d’humain parmi nos semblables.

Qu’en est-il de l’alimentation ?

Notre corps tout comme notre esprit a besoin d’être nourri en permanence. L’alimentation prend ainsi une place primordiale dans différentes méthodes de développement personnel. Lorsqu’on se livre à un traitement censé nous apaiser ou nous faire du bien tel que l’Ayurveda, par exemple, on sélectionne minutieusement ce que l’on mange.  Cela permet à la méthode de faire l’effet attendu. Dans le cas de l’Ayurveda, les aliments « vivants », naturels, non industriels ; les compléments naturels et les tisanes sont conseillés. Ils possèdent des propriétés curatives et apportent l’énergie nécessaire à notre corps. On les utilise non pas seulement pour étancher notre faim, mais surtout pour nourrir notre corps, notre mental et notre esprit. Une alimentation équilibrée et correcte permet de maintenir ces trois dimensions en bonne santé.

Les aliments dits « vivants » sont les plus conseillés. Leur teneur en énergie vitale ou Prana est élevée. Il s’agit des fruits et légumes qu’on l’on consomme crus de préférence. Le miel, les produits laitiers ainsi que les céréales complètes sont aussi recommandés. Bref, tous les aliments biologiques et naturels sont vivants et bons pour la santé. Ils sont imprégnés de la lumière du soleil que nous absorbons en les consommant. Les aliments « morts » tels que la viande, le poisson, les sucres sont à consommer avec modération. Ils provoquent une digestion lente et causent des maladies diverses. La viande ne contient pas de lumière solaire et se putréfie rapidement. Elle entraine la dégénérescence du corps et de l’esprit si on en mange trop ou trop fréquemment.

Savoir consommer sa nourriture

Il est primordial de savoir préparer et de savoir consommer sa nourriture pour qu’elle apporte les bienfaits nécessaires au corps et à l’esprit. Notre corps semble avoir une sorte d’intuition qui nos dicte quels aliments nous devons ingérer. On peut aussi préparer sa nourriture en pleine conscience en ayant le mental entièrement focalisé sur la préparation. C’est comme si on méditait sur cette préparation des aliments. Selon certaines croyances, cela aurait le pouvoir de multiplier la valeur énergétique des aliments. Après les avoir préparés consciemment, il est temps de les consommer pour qu’ils puissent nourrir notre être en profondeur.

Lorsqu’on mange, il est important de prendre conscience de l’importance de la première bouchée que nous ingurgitons. Elle est importante et doit être suivie d’autres bouchées mangées avec soin, de manière non machinale. Préférez un déjeuner ou un dîner au calme, sans que la télévision de marche. Le calme est primordial, il plaît à la conscience. En mangeant, apprenons à mâcher consciemment avant d’avaler notre nourriture. Afin de renforcer la conscience, respirer en profondeur entre les bouchées ingurgitées. Cela permet une meilleure assimilation de la nourriture. En mangeant de la sorte, on peut nourrir non seulement notre être physique, mais aussi notre être spirituel.

http://www.psychologies.com/Culture/Spiritualites/Pratiques-spirituelles/Articles-et-Dossiers/Petit-guide-du-developpement-spirituel/Nourrir-l-etre-en-profondeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Scroll To Top

Devices

Pour pouvoir consulter au mieux notre site,
veuillez basculer votre appareil en position verticale.