Vous êtes ici : Accueil / Synchronisation des ondes cérébrales

Synchronisation des ondes cérébrales

La synchronisation des ondes cérébrales, aussi appelé entraînement des ondes cérébrales (brainwave entrainment), émane directement du bio-feedback et neuro-feedback.

C’est une réponse naturelle où les fréquences similaires ont tendance à se synchroniser avec l’autre. L’entraînement est donc un principe de physique.

En 2018, cette technique non invasive et performante est d’ailleurs largement vanté et expliqué dans le livre intitulé « Les nouvelles sciences de la santé » (aux éditions Guy Trédaniel), du Professeur Denis Bedat, l’un des scientifiques les plus novateurs dans le domaine des sciences humaines,  qu’il qualifie de « neuro-hacking » et  faisant partie des médecines prometteuses du futur.

La synchronisation des ondes cérébrales peut être obtenu par un processus avec lequel un stimulus externe est utilisé pour obtenir une synchronisation des ondes cérébrales avec ce stimulus et atteindre un résultat souhaité.

Plusieurs phénomènes extérieurs peuvent affecter le rythme des ondes cérébrales. La science a découvert que c’est généralement un effet de résonance qui est en cause, comme lorsqu’une note jouée au piano fait vibrer à l’unisson une corde de guitare.
Le battement régulier des tambours de même que le chant grégorien ou des activités physiques rythmées comme la marche procurent, à la longue, cet effet.
Désormais, la technologie moderne permet d’atteindre ces résultats en un rien de temps. En effet, certains types de pulsations sonores (stimulus sonore) émises directement dans les oreilles peuvent induire, accélérer ou ralentir la fréquence des ondes cérébrales en fonction du résultat recherché.
Des stimulus visuels peuvent être utilisés conjointement pour augmenter les effet de synchronisation. Ce procédé est par exemple utilisé sur les « Mind Machine » (Kasina, Psio, MindSpa…) ou des appareil comme la Pando Star.

Pour améliorer la qualité de détente et favoriser le sommeil, par exemple, on « invite » le cerveau à ralentir le rythme de ses ondes, qui pourrait graduellement passer de 14 à 4 Hz. On peut aussi améliorer la cohérence de l’influx nerveux des neurones, ce qui se traduit sur l’EEG par des ondes d’une plus grande amplitude.

Si nos neurones sont axées dans une fréquence, l’amplitude de la vague sera forte et les neurones travaillerons ensemble.
Plus les neurones sont harmonisées sur une fréquence et plus l’état d’esprit qu’elle engendrera contrôlera notre esprit.

Lorsqu’on utilise un stimulus sonore et rythmique, le rythme est produit dans le cerveau sous forme d’impulsions électriques. Si le rythme devient cohérent et assez rapide il ressemble aux ondes cérébrales naturelles.

Le cerveau réagit alors en synchronisant ses impulsions propres au rythme des sons, de la musique ainsi que des fréquences utilisées.Ceci est appelé la réponse en fréquence (FFR). Cette réponse s’apparente à la fréquence de la chimie, de la neurologie, l’astronomie, la pharmacologie et la biologie.

En 1656, le scientifique néerlandais Christian Huygens a travaillé sur la conception de l’horloge à pendule. Il constate que si il mettait deux horloges côte à côte, elles allaient lentement se synchroniser !

Un autre exemple est que si un diapason qui produit une fréquence de 500 Hz est frappé et par la suite est amené près d’un autre diapason 500 Hz, la seconde fourche commencera à vibrer à la même fréquence. La première fourche, dit-on va entraîner la seconde fourche.

Bien que la découverte des ondes cérébrales est relativement récente, l’entraînement du cerveau existe depuis des milliers d’années à travers les chants ou danses de tribus, les battements de tambour Chaman, les Mantras…

Intentionnellement, changer le niveau de ses ondes cérébrales grâce à l’entraînement et synchronisation a un certain nombre d’avantages.

Si une personne a des troubles du sommeil, en entraînant son rythme cérébral à l’état Thêta le conduira à la détente et au sommeil. Les personnes touchées par un trouble déficitaire de l’attention peuvent bénéficier d’amélioration en atteignant la phase Bêta.

L’état de la méditation ou d’une profonde relaxation peut être atteint rapidement si le cerveau est entraîné à l’état Alpha. L’état Alpha est également propice à l’apprentissage. Lorsqu’une personne est hypnotisée, elle est induite en état Alpha puis Theta.

La synchronisation des ondes cérébrales est également utilisée dans le domaine de la motivation, tant pour les hommes d’affaires et les sportifs, que pour celles et ceux voulant atteindre des objectifs personnels. On parle d’ailleurs d’« entraînement mental » et de « neurodynamique ».

Le travail d’exploration des ondes cérébrales et plus particulièrement la recherche d’états non ordinaires de conscience est utilisée de plusieurs manières pour le développement de la personne sur les plans psychologique et spirituel.

Il est donc possible de canaliser et d’organiser les ondes cérébrales via une stimulation auditive pour créer les effets souhaités ; comme l’augmentation de la créativité, l’amélioration de la mémoire, la relaxation profonde…

L’illustration ci-dessous montre un enregistrement EEG avant synchronisation : les deux hémisphères cérébraux présentent des fréquences réparties sur tout le spectre sans particularité significative. On y lit du stress et une usure énergétique :

 

L’illustration ci-dessous montre un enregistrement EEG pendant l’écoute d’une session sonore Mental Waves®  : les deux hémisphères sont synchronisés. On y lit détente, ressourcement et bien-être :
L’illustration ci-dessous réalisée sur une durée de 14minutes avec un appareil de biofeedback montre la courbe très irrégulière et perturbée d’un sujet stressé et émotionnellement instable :

 

Après écoute de 5 minutes d’une musique Mental Waves®, la figure de la courbe change et présente un profil harmonieux et une courbe lisse, signe d’un mental apaisé et d’une saine et régénérante relaxation physique, nerveuse et mentale :

Scroll To Top

Devices

Pour pouvoir consulter au mieux notre site,
veuillez basculer votre appareil en position verticale.