Retour aux articles

Fréquences Sacrées et leurs bienfaits

Fréquences Sacrées et leurs bienfaits

La musique a un pouvoir insoupçonné. Les fréquences sacrées ou solfège sacré forment une gamme précise dans laquelle on retrouve neuf fréquences dont 174, 285, 396, 417, 528, 639, 741, 852 et 963 Hz. Elles sont connues pour rééquilibrer notre être tout entier et nous aider à changer, à devenir plus intuitifs, à vaincre nos peurs…

 

Le pouvoir des fréquences et des sons

Marie-Louise Aucher a mis en évidence l’effet direct du son et des fréquences sur le corps physique. De même, il existe des mélodies, musiques, gammes, harmonies et instruments capables d’impacter sur notre état émotionnel et mental. Les fréquences et les sons ont ce pouvoir d’induire des images capables de stimuler et structurer la conscience tout en libérant des émotions bloquées.

Le dictateur russe Lénine l’a d’ailleurs remarqué, en avouant : «Je ne peux pas écouter de la musique trop souvent, cela me donne envie de dire des bêtises et de caresser la tête des gens ». Pour aller plus loin, les travaux de Tomatis, la méthode Hypérion et bien d’autres postulent que certaines fréquences que nous entendons pendant les thérapies sonores, et qui sont filtrées, peuvent stabiliser une personne à nouveau.

Les fréquences sacrées en font partie et font du bien autant aux émotions qu’au physique, à l’esprit et au mental de chacun.

 

L’origine des fréquences sacrées

frequence sonore

Les fréquences sacrées ont été découvertes durant l’hymne de Saint Jean-Baptiste. Un hymne dont les six premières lignes correspondent aux six premières notes successives des fréquences sacrées. Dans celui-ci, la première syllabe de chaque ligne est chantée sur une note au degré plus élevé que la première syllabe de la ligne qui la précède.

Le moine bénédiction Guido d’Arezzo (991-1050) a été le premier à développer le solfège original. Celui-ci permettait d’aider les chanteurs à chanter plus facilement et se traduisait par six notes ascendantes dont Ut-Re-Mi-Fa-Sol-La. Plus tard, il a été découvert que la syllabe UT était difficile à être chantée car elle ne se terminait pas par une voyelle. Il a donc été naturellement remplacé par le DO de Dominus.

Les recherches montrent aussi que la septième note SI n’a été baptisées ainsi que dans le XVIe siècle. Son nom résulte de la contraction entre le S de Sancté et le J de Johannes. L’apparition de ces fréquences a nettement modifié la façon dont les gens chantaient les fréquences. Tombées dans l’oubli, les anciennes fréquences sont réapparues grâce aux travaux du Dr Joseph Puleo.

Il a retrouvé le modèle des six codes dans le Livre des Nombres, chapitre 7, versets 12 à 83. Il a décrypté ces notes en se servant de l’ancienne méthode de réduction des numéros de versets vers des chiffres entiers développée par Pythagore. Il a ainsi découvert que les six premières fréquences sonores électromagnétiques correspondaient aux six notes disparues de la gamme des fréquences sacrées.

 

Les fréquences sacrées et leurs bienfaits.

Chacune des fréquences sacrées mentionnées en introduction a ses propres bienfaits :

La fréquence 174 Hz

Elle est considérée comme la base des fréquences et joue un rôle d’un anesthésique naturel. Ce diapason procure un sentiment de sécurité, de sérénité et d’amour aux organes du corps humain. Il les pousse à toujours s’améliorer et soulage la douleur physique.

La fréquence 285 Hz

Le diapason 285 Hz est capable de régénérer les tissus au point de leur faire retrouver leur forme première. Il impacte sur le corps ethérique et les chakras en leur envoyant un message qui restructurera les organes détériorés dans le corps. Au final, il redonne de la santé et du dynamisme à notre organisme.

La fréquence UT-396 Hz

Les personnes en proie au sentiment de culpabilité et à la peur peuvent s’en défaire grâce à la fréquence UT-396 Hz. Elle est reliée au premier chakra et à la couleur rouge et peut défaire le sentiment de culpabilité.

Ce sentiment, combiné à la peur, représente un des principaux obstacles à la réalisation de soi et nous empêche d’assouvir nos objectifs. Ils nous empêchent d’exprimer qui nous sommes réellement au fond de nous. Avec la fréquence 396 Hz, on parvient à se libérer des blocages dissimulés en nous et des croyances négatives dans notre subconscient.

La fréquence RE – 417 Hz

Il s’agit de la fréquence idéale pour vos envies de changement. Elle vibre à hauteur des expériences difficiles et traumatisantes en se connectant en ces dernières et en les modifiant. Pour ce faire, elle permet au corps de côtoyer une source d’énergie sans fin capable de modifier les schémas émotionnels qui nous nuisent.

La fréquence MI-528 Hz

Une fréquence miraculeuse capable de nous transformer et de réparer notre ADN. On l’appelle ainsi la « fréquence des miracles ». En réparant l’ADN, elle hausse la quantité d’énergie vitale dans le corps, rend l’esprit plus clair et élève la conscience.

La fréquence Mi 528 Hz peut aussi nous conduire à une paix intérieure absolue. Elle rend plus imaginatif, plus intuitif et stimule l’intention. Pour le mathématicien Vic Showell, « la fréquence 528, musique de la Lumière, est la clé de la liberté spirituelle ». Elle serait étroitement liée au nombre d’Or et au nombre Pi.

La fréquence FA – 639 Hz

Elle permet de reconnecter et d’équilibrer les relations tout en unifiant et en connectant les neurones. Cette fréquence rend les liens relationnels plus harmonieux. Elle peut résoudre les difficultés relationnelles à différents niveaux : familial, amical, professionnel… Ce diapason peut aussi stimuler la communication des cellules avec leur environnement. Elle rend une personne plus communicative, compréhensive, tolérante et pleine d’amour !

La fréquence SOL – 741 Hz

Pour éveiller et activer l’intuition, favoriser l’expression de soi et résoudre différents problèmes, le diapason Sol 741 Hz est recommandé. Il élimine les toxines dans notre cellule et permet d’accéder à une existence plus saine et simple.

Elle nettoie la cellule en usant de différents rayonnements électromagnétiques et résout toutes sortes de problèmes. Ce diapason mène à une vie pure et stable en favorisant l’expression de soi.

La fréquence LA – 852 Hz

Une fréquence qui éveille l’intuition, restaure l’ordre spirituel et pouvoir à l’Amour inconditionnel. Elle peut nous faire voir à travers les illusions de la vie et communiquer avec l’Esprit. Elle contribue à la restauration de l’ordre spirituel et permet une transformation cellulaire de niveau supérieur.

La fréquence SI – 963 Hz

Elle permet une maîtrise et une connexion avec l’énergie universelle et octroie une sensation d’unité. Ce diapason relié à la Lumière concerne autant l’infiniment petit que l’infiniment grand et reconnecte l’être à l’Unité. Elle permet aussi une reconnexion avec l’énergie universelle et les énergies spirituelles et permet d’exprimer notre vraie nature à travers l’Unité.

Ecouter la fréquence miraculeuse 528

Anthony Doux a composé des musiques véhiculant la fréquence 528 Hz à travers des instruments acoustiques tels que le Cora, le violoncelle, l’accordéon, etc. pour bénéficier au maximum de ce diapason. Il s’agit de son album Fréquence 528 d’une durée de 68 mn 08 s et qui se compose de treize titres (Ré génération Do, Solfeggio, Aurore…) aux contextes diversifiés.

Cet album prouve l’omniprésence de cette fréquence dans un univers musical relaxant et fait de techniques fréquencielles destinées au bien-être.

L’histoire de la fréquence 528 Hz

Selon la légende, le diapason 528 Hz aussi appelé fréquence d’Amour était chanté en permanence pour ouvrir les cœurs et recevoir la paix. Il consiste en une vibration capable de restaurer la confiance, la sérénité et le potentiel infini de son auditeur.

Certains avançaient que cette fréquence pouvait libérer de certaines émotions négatives et favoriser l’intuition, l’imagination et la réalisation de soi. Des vertus auxquelles s’ajoute sa capacité à restaurer l’ADN, une faculté qui lui a valu le surnom de « fréquence miracle ».

D’après l’histoire, le diapason 528 Hz rayonnerait et vibrerait aux doux sons d’instruments acoustiques tels que l’accordéon, le violoncelle, la kora, le chant, le kalimba, les bols tibétains, etc.

Cette fréquence magique serait un jour « révélée et présentée au centre d’une musique relaxante, une musique adaptée, permettant son écoute inlassablement. L’auditeur, pourrait ressentir sa présence dans différents environnements sonores. »

Zoom sur l’évolution scientifique conduisant à l’usage des fréquences

En cent ans, l’évolution scientifique a mis en évidence différents paradigmes :

Les travaux de Georges Lakhosky (1869-1942)

Ce scientifique et ingénieur a évoqué pour la toute première fois le fait que les cellules et leurs noyaux représentent des « oscillateurs biologiques » desquelles des données sont transmises par voie d’émission d’ondes électromagnétiques.

Emile Pinel (1906-1985)

Ce mathématicien a étudié les mécanismes biologiques régissant la vie des cellules en se servant de ses analyses mathématiques

Les travaux du Dr. Fritz-Albert Popp

Le Dr. Fritz-Albert Popp, fondateur de The International Institute of Biophysics in Neuss, a mesuré des photons émanant de divers organismes en utilisant des appareils modernes d’une sensibilité et d’une précision infaillible.

Ses travaux conduits dans les années 1980 avec une équipe scientifique de l’Université de Marbourg en Allemagne permettent de voir que les photons transportent puis transmettent des informations aux autres cellules du corps. Ces biophotons permettent l’échange d’informations entre les cellules et créent des réactions biochimiques.

L’hypothèse d’Etienne Guillé

Ce biologiste affirme que la biologie repose sur une combinaison matière/vibration. La matière serait le support tandis que la vibration véhicule l’information. En complément, il annonce en 1983 que le fonctionnement de certains endroits de l’ADN ressemble à celui des récepteurs et des émetteurs de vibrations électromagnétiques. Dans ce sens, l’ADN est considéré comme une antenne qui émet et transmet des données aux autres cellules du corps.

Les constats du docteur Peter Gariaev

Peter Gariaev, Directeur  du  Wave Genetics Institute de Moscou, avance que l’ADN ne fait pas seulement que recevoir et émettre des informations. Il représente un lieu de stockage qui traite, interprète, décrypte, modifie et enregistre les données qu’il reçoit et réagit en conséquence. Il aurait les mêmes fonctions qu’un ordinateur biologiques.

Un enregistrement d’informations par l’eau

Le Docteur Luc Montagnier, qui a découvert le virus du Sida, a repris les travaux de Benvéniste dans un reportage intitulé « On a retrouvé la mémoire de l’eau ». Il a été réalisé avec l’aide du docteur Masuru Emoto qui a proposé un procédé de photographie des cristaux d’eau congelée. Ce docteur japonais a prouvé que l’eau reçoit l’information et réagit en conséquence.

 

La cymatic

Nous entrons ici dans l’univers des fréquences et vibrations. La cymatic étudie les images que les vibrations des sons et des fréquences sur différentes matières créent.

L’épigénétique

Elle fait partie de la biologie et étudie la modulation de l’expression de nos gènes en se basant sur nos divers comportements. Elle nous invite à penser autrement qu’aujourd’hui. Selon l’épigénétique, il est possible de moduler l’expression de nos gènes en fonction de la manière dont nous nous comportons chaque jour. Dans cette lignée, faire du sport ou des efforts physiques, manger, interagir en société, ressentir du plaisir en vivant, l’environnement ainsi que l’état de bien-être ont un impact sur l’expression de nos gènes.

L’ensemble de ces informations montre que les fréquences sacrées peuvent modifier notre intérieur, voire notre extérieur, durant une thérapie sonore.

 

Scroll To Top

Devices

Pour pouvoir consulter au mieux notre site,
veuillez basculer votre appareil en position verticale.