Retour aux articles

Qu’est-ce que la spiritualité ?

Qu’est-ce que la spiritualité ?

Qu’est-ce que le développement spirituel ? Qu’est-ce que la spiritualité ? Qu’est-ce qu’une personne spirituelle ? Ces questions dignes d’un sujet de philosophie pour bachelier demandent réflexion car le mot spiritualité, qui vient du latin ecclésiastique « spiritualitas » (d’après le petit Robert), est un terme relativement nouveau. Il comporte aujourd’hui une signification largement fluctuante, un sens et une portée différentes selon le contexte de son usage. « Le concept de spiritualité est un concept très vaste a pris successivement trois sens principaux au fil des siècles, religieux, philosophique et un sens juridique par antithèse au « temporel » » d’après le P. Aimé Solignac, bibliothécaire, enseignant en philosophie et surtout l’un des principaux rédacteurs du Dictionnaire de spiritualité (1969-1994 en vingt volumes -Beauchesne). Ainsi il en concluait que « le sens philosophique ne subsiste guère que dans des expressions consacrées, comme la spiritualité de l’âme. Le sens juridique a pratiquement disparu à la fin du 16ème siècle. Par contre, le sens religieux a fini par prédominer ».

Aujourd’hui, la spiritualité se comprend comme dissociée de la foi dans un Dieu. Elle désigne désormais une certaine quête de libération et l’accomplissement de soi à travers la dissolution de l’égo. Plusieurs scénarii s’offrent à la personne en recherche de spiritualité. Ils permettent ainsi de se fondre à travers une forme d’attention portée à ses propres sensations ou états, appelée introspection. Que ce soit dans la beauté de la nature, dans l’union avec une musique, la lecture, la peinture ou un lieu de culte… de nombreux arts et disciplines facilitent la fusion avec l’univers, tels que le tai chi chuan, le yoga, le zen, la méditation, le Qigong, le chant, la sculpture, les mantras… Chacun peut découvrir et devenir observateur de son propre monde intérieur en détournant son attention de l’extérieur tout en savourant pleinement l’instant présent. Mais si la spiritualité est « être libéré du passé et du futur » alors que penser des doctrines qui nous enseignent des vérités choisies par des décideurs, qui vous obligent à les adopter et de suivre scrupuleusement « ce qu’il faut croire et ce qu’il faut rejeter » ?

Le proverbe chinois « 10 000 moines, 10 000 religions » a désormais un allié de poids avec les neurosciences et la notion incontournable de l’unicité (les 12 lois du cerveau de John Medina). Si aujourd’hui de nombreuses disciplines vous proposent les clés vous permettant d’ouvrir des portes de la spiritualité au-delà du monde matériel et au-delà de la matière, il est indispensable de réapprendre à apprendre à élever la qualité de notre niveau de conscience, afin de devenir réceptif à d’autres « réalités ». Percevoir cette énergie bienfaisante qui procure une sensation de bien-être, de plénitude, de paix avec soi-même et son environnement, demande à notre égo de se mettre en veilleuse, de dépasser les frontières de notre égoïsme, de partager, d’échanger et d’accepter les différences afin d’accéder à une dimension plus généreuse de l’existence. « Le chemin spirituel qui ne conduit pas au quotidien et à nos semblables est une voie erronée », écrivait Willigis Jäger. Ce moine bénédictin et Maître zen qui dirige l’École de vie intérieure (un centre interconfessionnel en Allemagne), revendique le droit de regarder autrement les vérités révélées.

Donc, qu’ils soient modernes, new-age ou traditionnels, de nombreux outils nous invitent à un retour aux sources de la spiritualité. Ils sont à notre disposition pour nous relier à l’instant présent et pour changer notre regard sur notre société aseptisée. En aiguisant nos sens et nos instincts à travers la spiritualité, on mobilise nos potentialités à travers un nouveau regard, une nouvelle vision et une nouvelle compréhension du monde qui nous entoure. A travers l’initiation au développement spirituel, on réapprend également à respirer comme un nourrisson, à se mouvoir comme un enfant, à réduire son stress et contrôler ses émotions, à dépasser les limites du moi, somme toute à penser comme un guerrier pacifique et à agir comme un sage. Au fur et à mesure de sa construction personnelle à travers la spiritualité, la manière de respirer va changer puisque le souffle est le miroir de nos émotions. Le sage Lao Tseu le disait déjà en son temps : « La vie d’un homme n’est que du souffle qui se rassemble » Selon le psychothérapeute allemand K. G. Dürckheim, ces états de fusion avec le présent et le monde qui nous entoure est « l’un des buts de la vie, ce qui fait sa valeur et la justifie… Lors de ces expériences, c’est notre « être essentiel » que nous contactons… ».

Le développement spirituel demande quelques clés pratiques pour vous permettre d’ouvrir les portes de la plénitude de la vie et l’élévation vibratoire des corps physiques et énergétiques. Nourrissez votre conscience, contemplez et communiez avec la nature et/ou avec la discipline que vous aurez choisie, tout en respirant profondément afin d’entrer en contact avec votre être intérieur. Ainsi, en faisant le lien entre le corps et l’esprit, nos sens deviennent plus performants, permettant d’entrer en communication avec un monde imperceptible dans l’état ordinaire. Notre vie est le miroir de vos pensées. Grâce à la spiritualité, nous pouvons découvrir les mécanismes émotionnels qui agissent comme de puissants aimants, ceux qui régissent nos peurs et nos doutes. Que ce soit à travers la méditation, les sons, la lecture, des images ou des paysages… qu’importe le noble support que vous aurez choisi, la spiritualité est capable de reculer les frontières de notre moi et elle nous offre la possibilité de nous relier à un autre niveau de la réalité. Mais nous devons être maître de notre esprit et plus esclaves de nos pensées : « Notre conscience du moi n’est qu’un élément de l’ensemble de notre conscience, mais elle prend des allures de monarque et mène un combat perpétuel avec notre être profond. Tant que le moi conserve sa suprématie, la paix n’est pas possible », dixit Willigis Jäger.

Comme le souligne mama Chia, personnage principal (une femme chamane) dans le livre de Dan Millman « Le voyage sacré du guerrier pacifique », « il existe des archétypes dans les recoins les plus profonds de l’être humain ». Mais attention, à l’heure du « Mac tout à toute heure », la spiritualité est un chemin qu’il faut avant tout vouloir parcourir. Avant d’apercevoir la lumière, il faut s’occuper de l’obscurité. Qui se donne la peine de vivre le moment présent à travers un voyage merveilleux dans sa conscience sera en mesure de voir l’invisible et de comprendre cette belle phrase signée James Barrie « Dieu nous a donné des souvenirs pour que nous puissions avoir des roses en décembre ».

 

Toute reproduction interdite sans autorisation préalable

Scroll To Top

Devices

Pour pouvoir consulter au mieux notre site,
veuillez basculer votre appareil en position verticale.