Retour aux articles

Mentalisme – Cold Reading : « mécanique de l’effet Barnum »

Mentalisme – Cold Reading : « mécanique de l’effet Barnum »

Le terme Mentalisme Cold Reading (aussi appelé « lecture froide » chez les francophones) fait référence à un ensemble de techniques utilisées par les manipulateurs professionnels pour modifier le comportement d’un sujet ou pour l’amener à croire que le voyant, le chiromancien, le tarologue, le medium, etc… possède certaines aptitudes extra-sensorielles qui lui permettent « mystérieusement » de connaître des choses qui le concernent.

Le Mentalisme Cold Reading se fonde tout d’abord sur une observation attentive du sujet, et surtout sur une bonne utilisation des statistiques et des connaissances relatives à la nature humaine, de façon générale.
En s’appuyant sur ces bases de travail, il est assez facile d’élaborer des formulations assez globales qui seront vraies (totalement ou partiellement) pour presque tout le monde : par exemple, personne ne peut être en désaccord avec l’idée qu’il est à la recherche du bonheur !

Les réactions et le comportement du sujet étudié vont ensuite être utilisés pour formuler des affirmations de plus en plus précises, en affutant les suppositions qui sont tombées juste, tout en se débarrassant au passage de toutes les voies sans issues qui seront normalement vite oubliées…
Lorsqu’elle est utilisée par un spécialiste, la technique est quasiment imparable, et donne des résultats surprenants pour celui qui ne la connait pas.

« L’effet Barnum »

En 1949, le psychologue Bertram R. Forer donna à ses étudiants un test de personnalité à passer, ignora leurs réponses qui finirent à la poubelle, et fournit à chacun – sans leur dire – une analyse « personnalisée » identique de leur test !

Le texte de son analyse était le suivant :

« Vous avez besoin d’être aimé et admiré, et pourtant vous êtes critique avec vous-même. Vous avez certes des points faibles dans votre personnalité, mais vous savez généralement les compenser.

Vous avez un potentiel considérable que vous n’avez pas tourné à votre avantage.
A l’extérieur vous êtes discipliné et vous savez vous contrôler, mais à l’intérieur vous tendez à être préoccupé et pas très sûr de vous-même. Parfois vous vous demandez sérieusement si vous avez pris la bonne décision ou fait ce qu’il fallait.

Vous préférez une certaine dose de changement et de variété, et devenez insatisfait si on vous entoure de restrictions et de limitations.

Vous vous flattez d’être un esprit indépendant, et vous n’acceptez l’opinion d’autrui que dûment démontrée. Mais vous avez trouvé qu’il était maladroit de se révéler trop facilement aux autres.
Par moments vous êtes très extraverti, bavard et sociable, tandis qu’à d’autres moments vous êtes introverti, circonspect, et réservé.

Certaines de vos aspirations tendent à être assez irréalistes ».

Il demanda à chaque étudiant de noter sur une échelle de 1 à 5 la pertinence de l’analyse de leur personnalité, et obtint l’excellente moyenne de 4,26 sur 5 !

Le test a été répété des centaines de fois avec des étudiants en psychologie et la moyenne est toujours autour de 4,2. Ce qui prouve la portée de l’effet de ce test.

« En résumé, Forer a convaincu des individus qu’il pouvait deviner leur caractère avec succès ».

Sa précision a abasourdi les sujets de son expérimentation, bien que son analyse de personnalité ait été prise dans la colonne d’astrologie d’un magazine, et ait été présentée aux étudiants sans tenir compte une seule seconde de leur signe astrologique !

« L’effet Forer »
Il semble expliquer, au moins en partie, pourquoi tant de personnes croient aux pseudo sciences, qui paraissent marcher parce que ces pratiques semblent donner des analyses précises de la personnalité.

« L’effet Ferrer »
Il est plus souvent connu sous le nom de « l’effet Barnum », cette expression ayant été à priori introduite par le psychologue Paul Meehl, en hommage à la réputation de maître de la manipulation psychologique de l’homme de cirque P.T. Barnum.

Barnum aurait notamment dit :
« il faut que dans un spectacle, chacun croit qu’il y a un petit peu de quelque chose pour lui »
Bien entendu, cet aphorisme n’est pas certifié, et donc à prendre avec des pincettes…

Comment expliquer « l’effet Barnum » ?

Et bien, selon Dickson et Kelly (1985), qui ont étudié toutes les recherches relatives à ce phénomène, la 1ère explication est que nous aimons particulièrement la flatterie, et toutes les affirmations qui nous mettent nos qualités en avant.

Ainsi, leurs différentes analyses ont montré que les traits de caractère qui nous présentent sous un jour flatteur, sont plus facilement acceptés lorsque nous recevons une description de notre personnalité, que les traits qui nous désavantagent.

Amusez-vous à faire vous-même l’expérience de cette conclusion, et dites par exemple à quelqu’un :
« Je trouve que tu as un grand sens de l’amitié, c’est le cas, non ? ».

Vous constaterez qu’on vous répondra toujours : « Oui, c’est vrai… » !

Si vous lui posez la même question, sur le même ton, à propos de son sens de l’égoïsme, la réponse risque d’être bien différente…

Pourtant, dans les études effectuées à propos de « l’effet Barnum », on s’aperçoit que les sujets sont persuadés d’avoir obtenu un tableau nuancé de leur personnalité.

Pourquoi ?
Parce qu’il repose sur une description suffisamment vague de leurs traits de caractère, qui dit à la fois tout et son contraire !

L’esprit humain se débrouille ensuite pour combler ce portrait, en y projetant ses propres images et en ne retenant au final que ce qui l’arrange…

En effet, soumis à « l’effet Barnum », nous allons souvent remplir les blancs et fournir une image cohérente de ce que nous voyons et entendons, même si un examen précis et rigoureux des éléments de la situation révèle qu’elle est en faite vague, confuse, obscure, incohérente, voire incompréhensible.

La recherche de Dickson et Kelly montre également que « l’effet Barnum » se retrouve davantage chez les personnes qui possèdent une forme de névrose, un grand besoin d’approbation ou encore une tendance autoritaire.

J’imagine que vous vous doutez déjà de l’importance que peut avoir « l’effet Barnum » parmi les différentes techniques utilisées au sein du Mentalisme Cold Reading…

« Si vous faites partie des gens qui ont tendance à se reconnaître dans les tests de personnalité qu’on trouve dans les magazines populaires, c’est que vous êtes vous-même déjà victime de l’effet barnum » !

Découvrez tous les secrets du Mentalisme grâce au Guide : « Devenir Mentaliste : Le Mentalisme / Cold Reading : Le Livre Interdit » en cliquant ici.

Scroll To Top

Devices

Pour pouvoir consulter au mieux notre site,
veuillez basculer votre appareil en position verticale.